Pharmacie Saint Pierre - Flux RSS d'actualités santé Les dernières actualités de Pharmacie Saint Pierre sur la santé, de la médecine et des pharmaciens, ainsi que les études sur les maladies. https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites Mon, 21 Oct 2019 13:19:28 +0200 <![CDATA[Cancer du col de l'utérus]]> Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) a publié le 17 septembre dernier un numéro consacré à « La prévention du cancer de l’utérus ». En 2018, en France métropolitaine, 2 920 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqué, et ce cancer a entraîné le décès de 1 117 femmes. L’incidence et la mortalité diminuent depuis quelques décennies mais il y a un ralentissement de cette baisse. Le ralentissement de cette baisse serait dû à une augmentation de l’exposition à cause de modifications dans les comportements sexuels.

 

A quoi est dû ce cancer ?

Ce cancer du col de l’utérus est attribué dans quasiment 100% des cas à une infection par papillomavirus humain (HPV) à haut risque. Cette infection est très fréquente et sexuellement transmissible. Le HPV à haut risque est une cause du cancer de col de l’utérus, mais d’autres facteurs de risque peuvent agir avec celui-ci, comme le tabac, l’infection par le VIH, multiparité (avoir eu plusieurs enfants) …

 

Comment prévenir le cancer du col de l’utérus ?

Pour prévenir le cancer du col de l’utérus, deux moyens sont efficaces : le dépistage et la vaccination.

 

Le dépistage :

Le frottis permet le dépistage du cancer du col de l’utérus. Il permet de repérer les cellules anormales au niveau du col de l’utérus, avant même qu’elles ne deviennent cancéreuses. Plus vite on le détecte, mieux le cancer se soigne.

Le frottis est proposé pour toutes les femmes de 25 à 65 ans (20 à 65 ans pour les départements d’Outre-Mer). Un 1er à 25 ans, puis 2 frottis à 1 an d’intervalle. Les résultats sont bons, alors on passe à 1 frottis tous les 3 ans.

 

La vaccination :

Le vaccin concerne les jeunes filles de 11 à 19 ans révolus. Il est d’autant plus efficace si celles-ci n’ont pas été exposées au risque d’infection par le HPV. 3 vaccins sont disponibles, mais ils ne permettent pas de protéger contre tous les cancers du col de l’utérus c’est pourquoi le dépistage est toujours recommandé.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès du corps médical si vous souhaitez de plus amples informations.

 

Sources :

https://www.ameli.fr/la-reunion/assure/sante/themes/cancer-col-uterus/prevention-cancer-col-uterus

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/cancers/cancer-du-col-de-l-uterus

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/cancers/cancer-du-col-de-l-uterus/documents/bulletin-epidemiologique-hebdomadaire-17-septembre-2019-n-22-23-prevention-du-cancer-du-col-de-l-uterus

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/671-cancer-du-col-de-luterus
<![CDATA[La vaccination contre la grippe, c’est parti !]]> Ce mardi 15 octobre, c’est le lancement officiel de la campagne de vaccination contre la grippe en France. Cette année, les médecins et les infirmiers seront épaulés par les pharmaciens, quelle que soit la région. En effet, après deux ans et deux régions d’expérimentation, le ministère de la santé a demandé aux pharmaciens de se former et de recevoir les patients afin d’augmenter la couverture vaccinale de la grippe.

Tous les pharmaciens de France vaccinent

C’est effectivement suite à des baisses consécutives et inquiétantes de la couverture vaccinale que les pharmaciens ont été sollicité pour expérimenter la vaccination contre la grippe en officine. Malgré les lourdes contraintes de formation et d’aménagement de l’espace dans les pharmacies, la majorité des pharmaciens des régions expérimentatrices ont répondu favorablement au ministère de la santé. Le résultat est bien là : dès la première année d’expérimentation, il n’y a plus de baisse de la couverture vaccinale mais une hausse ! Les pharmaciens vont devoir reproduire ces mêmes résultats dans l’ensemble des régions de France.

Les populations ciblées par la vaccination grippe

Un mot d’ordre : vacciner les populations adultes à risques. Ces sont toutes les personnes de plus de 65 ans, les diabétiques, les obèses, les personnes souffrant de certaines affections chroniques (pulmonaires, cardiaques, diabétiques, …), les professionnels de santé et les personnes proches de nourrissons et des immunodéprimés. Ce qui n’empêche pas les personnes ne répondant pas aux critères de prise en charge de se faire vacciner par le médecin ou par l’employeur afin d’éviter une semaine d’arrêt à rester au lit avec de la fièvre et de la toux et quelques semaines pour s’en remettre ! Avec ou sans rendez-vous, les pharmaciens s’organiseront pour vous recevoir et pour répondre à vos questions. D’ores et déjà, vous pouvez consulter les sites référencés ci-dessous afin d’avoir un maximum d’information.

La grippe, un virus dangereux !

Pour rappel, la grippe est un fléau qui fait chaque année en France plus de mort que sur les routes, soit environ 10 000 ! La grippe est un virus qui mute régulièrement. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) surveille les épidémies dans le monde entier et propose des solutions pour éviter les pandémies tels que la grippe espagnole en 1918 et1 919, faisant entre 50 et 100 millions de morts dans le monde ! La vaccination est de loin l’arme la plus efficace, associé avec les recommandations d’hygiène habituelles (mouchoirs uniques, lavage des mains avec du savon ou une solution hydoalcoolique, protection de la bouche lors des toux, …)

Alors, il n’y a qu’une chose à faire : dès ce mardi 15 octobre, pour votre bien et celle de votre entourage proche (ou non), allez chez votre pharmacien chercher votre vaccin et/ou le lui faire réaliser l’injection ! Pas d’excuses, les pharmacies sont proches et accessibles sur de larges plages horaires !

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grippe

https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/Vaccins/Vaccins-contre-la-grippe-saisonniere/(offset)/4

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/les-maladies-de-l-hiver/grippe-saisonniere

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/670-la-vaccination-contre-la-grippe-cest-parti
<![CDATA[Octobre rose]]> Depuis 1994 en France, Octobre rose est une campagne annuelle qui se déroule du 1er au 31 Octobre. Cette campagne permet de rassembler les professionnels de santé, ONG et association autour de l’information sur le dépistage du cancer du sein.

 

Quelques chiffres

Le cancer du sein se situe au 1er rang des cancers incidents chez la femme. C’est aussi celui qui entraine le plus grand nombre de décès chez la femme, 14% des décès féminins par cancer en 2018 étaient dus au cancer du sein. Le nombre annuel de nouveau cas de cancer du sein chez la femme a presque doublé entre 1990 et 2018. En 1990, 30 000 cas ont été recensé contre 58 400 pour l’année 2018. Cependant, le taux de mortalité diminue d’année en année grâce à l’amélioration des traitements et le dépistage du cancer du sein.

 

Le dépistage du cancer du sein, quand, à quel rythme, pourquoi ?

A partir de 25 ans, il est conseillé d’avoir un examen clinique de vos seins (palpation) par un professionnel de santé et ce tous les ans. Entre 50 et 74 ans, si vous n’avez pas de symptômes, ni de facteurs de risque autre que l’âge, une mammographie est à faire tous les 2 ans, complétée par une échographie si nécessaire. L’intérêt de ce dépistage est de pouvoir repérer une lésion avant l’apparition de symptômes et notamment de détecter des cancers de plus petite taille et moins évolués. En général, plus le cancer du sein est détecté tôt plus les chances de guérisons sont importantes.

 

Les actions durant la campagne Octobre rose

De nombreuses manifestations et événements sont organisés au profit de la recherche médicale et scientifique et pour sensibiliser au dépistage précoce. Vous pouvez aussi soutenir la lutte contre le cancer du sein en faisant des dons

Sources :

https://www.ligue-cancer.net/article/53394_octobre-rose-2019-programme

https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Les-cancers-les-plus-frequents/Cancer-du-sein

https://octobre-rose.ligue-cancer.net/

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/668-octobre-rose
<![CDATA[Le 25 septembre : journée mondiale des pharmaciens]]> Hier a eu lieu la « journée mondiales des pharmaciens », elle a été lancé en 2009 par la Fédération Internationale Pharmaceutique (FIP). Cette journée a pour objectif de sensibiliser la population aux rôles et missions des pharmaciens. Depuis quelques années, le pharmacien se voit attribuer de nouvelles missions souvent méconnues des patients. Après cette lecture, vous oublierez tout de suite les idées reçues : « le pharmacien n’est pas un simple vendeur de médicaments ! »

 

Rappel sur les rôles du pharmacien

Le pharmacien délivre les médicaments prescrits sur ordonnance par un médecin ou tout autre professionnel de santé habilité à le faire. Au-delà de cette délivrance, il assume la responsabilité de la vérification des prescriptions et de ce qui est délivré. S’il a le moindre doute sur le traitement prescrit, il peut refuser la délivrance. Dès lors, le médecin est contacté pour s’assurer qu’il n’y a pas d’erreur, et éventuellement lui proposer une alternative thérapeutique. Le pharmacien vérifie qu’il n’y ait pas d’interactions médicamenteuses entre les médicaments et que vous n’avez pas de réactions allergiques à certains d’entre eux. Il s’assure que vous ayez bien compris l’indication, le mode de prise, les posologies…

Cette démarche est la même pour les médicaments et autre produits en vente libre. Vous pouvez aussi avoir une prise de tension ou un test de glycémie par votre pharmacien.

 

Les nouveaux rôles du pharmacien

Depuis quelques années, les pharmaciens réalisent des entretiens pharmaceutiques et des bilans partagés de médication pris en charge par l’assurance maladie au sein de leur officine. Ces entretiens ont lieu 2 à 3 fois par an. Ils permettent aux patients de sécuriser leurs traitements, d’avoir une écoute et une analyse personnalisées à leurs besoins, d’obtenir des conseils au quotidien pour une bonne prise de leurs médicaments (éviter les oublis, repérer les comprimés…).

Et cette année pour la campagne de vaccination antigrippe qui se déroulera du 15 Octobre 2019 au 31 Janvier 2020, vous pourrez vous faire vacciner au sein de votre officine si le pharmacien a reçu une formation.

Le pharmacien est l’expert du médicament et un acteur au sein de la santé publique alors n’hésitez plus si vous avez des interrogations !

Sources :

https://jm-pharmaciens.lequotidiendupharmacien.fr/

https://uspo.fr/category/informations/nouvelles-missions/page/2/

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038409863&categorieLien=id

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/661-le-25-septembre-journee-mondiale-des-pharmaciens
<![CDATA[SAUV life, une application qui permet de sauver des vies]]> Le 30 aout dernier, un jeune adolescent de 15 ans a sauvé la vie d’un de ses voisins qui faisait un arrêt cardiaque dans une maison à 300 mètres de chez lui. Cette action a pu se faire grâce à l’application « SAUV life ». C’est le Dr Lionel Lamhaut, médecin anesthésiste-réanimateur au SAMU de Paris qui a créé cette application en février 2018. L’intérêt de cette application est d’intervenir au plus vite auprès des victimes d’arrêt cardiaque.

 

Pourquoi avoir créé l'application SAUV life?

L’arrêt cardiaque est un arrêt brutal, inopiné, du fonctionnement du cœur. Il peut toucher n’importe qui et à n’importe quel moment. Lorsque le cas se présente, il faut réagir au plus vite en pratiquant le massage cardiaque et la défibrillation (si on a un défibrillateur à disposition). Cette application a été mise en place car les chances de survie d’une personne en arrêt cardiaque diminuent de 10 à 12% par minute si un massage cardiaque n’est pas fait. Or, les secouristes de manière générale mettent en moyenne 13 minutes pour arriver sur place.

 

Qui peut s’inscrire sur l’application SAUV life?

Tout le monde peut s’inscrire à partir de 15 ans, mais pour les mineurs de 15 à 18 ans, une autorisation parentale est demandée. De plus, pas besoin d’être formé pour devenir Citoyen sauveteur avec SAUV life.

 

Comment l’application Sauv Life fonctionne-t-elle ?

Lorsque le SAMU ou les pompiers sont contactés pour un arrêt cardiaque, ils déclenchent les secours ainsi que l’application qui géolocalise et alerte les volontaires à proximité. Le volontaire reçoit une notification sur son téléphone et l’application le guide vers un défibrillateur (s’il y en a un présent autour de lui) et vers la victime pour se rendre sur place et intervenir le plus rapidement possible.

C’est simple, non ? Alors si vous n’étiez pas encore inscrit sur cette application SAUV life… mesdames, messieurs à vos smartphones : des vies en dépendent !

 

Sources :

https://sauvlife.fr/

https://www.cardiacscience.fr/arr%C3%AAt-cardiaque-soudain/

 

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/660-sauv-life-une-application-qui-permet-de-sauver-des-vies
<![CDATA[LES VÉGÉTARIENS ET LE RISQUE D’AVC]]> De plus en plus de Français font le choix de devenir végétarien, pour diverses raisons comme la cause animale, environnementale, économique… et aussi dans le but d’améliorer leur santé mais est-ce vraiment le cas ? Une étude publiée dans le British Medical Journal ce 4 septembre dernier nous montre que le taux d’accident vasculaires cérébraux serait plus élevé chez les végétariens.

 

Comment a été réalisé cette étude ?

Cette étude a été réalisée au Royaume Uni, elle a recruté un peu plus de 48 000 participants qui ont été suivis pendant 18 ans. Les participants n’avaient pas d’antécédents de cardiopathies, de maladie cardiovasculaire ni d’accident vasculaire cérébral. Pour l’étude, ils ont été réparti en trois groupes diététiques distincts : les mangeurs de viandes (viandes et poissons), les mangeurs de poissons et les végétariens y compris les végétaliens (ni viandes, ni poissons).

 

Quels sont les résultats de cette étude ?

Les végétariens et les mangeurs de poissons ont affiché des taux inférieurs de pathologie cardiaque par rapport aux mangeurs de viande. Cependant, le taux d’accidents vasculaires cérébraux est lui plus élevé chez les végétariens par rapport aux mangeurs de viandes. Il s'agirait principalement d'accidents vasculaires cérébraux de type hémorragiques.

 

Quel est l’origine de ce risque accru d’AVC chez les végétariens ?

L’étude montre que ce risque plus élevé chez les végétariens serait dû à un déficit en vitamine B12. La vitamine B12 est une vitamine qui a une incidence importante sur l’équilibre du système nerveux.

Lors de leur étude, les scientifiques ont mis en évidence des taux variables de cholestérol, de vitamine B12, d’acides aminés et d’acide gras au sein des 3 groupes, il est donc nécessaire de faire de nouveaux travaux en prenant en compte ces facteurs afin de confirmer les résultats de cette étude.

Source :

https://www.bmj.com/content/366/bmj.l4897

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/649-les-vegetariens-et-le-risque-davc
<![CDATA[LE TRAMADOL ET LE RISQUE D'HYPOGLYCEMIE]]> Le tramadol est un médicament que vous avez peut-être déjà utilisé ou que vous utiliserez peut-être un jour. C'est un antalgique de palier 2 indiqué dans les traitements des douleurs modérées à sévères. Celui-ci peut être obtenu à la pharmacie uniquement sur ordonnance médicale. Il est prescrit en 2ème intention, lorsque le paracétamol, l'aspirine ou l'ibuprofène n'ont pas été suffisamment efficace pour soulager une forte douleur. Le tramadol a un certain nombre d'effets indésirables notamment dû au fait qu'il appartient à la famille des opiacés.

Le tramadol, un anti-douleur qui a déjà fait parler

En octobre 2016, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié une commission de la transparence. Le suivi national d'addictovigilance lors d'une enquête nationale avait confirmé le risque de dépendance au tramadol même lorsqu'il était pris sur une courte période et à des doses thérapeutiques (sans surdosage). Il avait recensé de nombreux cas de syndrome de sevrage à l'arrêt du traitement. Une information avait donc été faite au niveau des professionnels de santé, afin de ne pas banaliser les prescriptions de tramadol. L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé ont décidé de poursuivre l'enquête d'addictovigilance pour surveiller les évolutions de cette addiction.

Un autre effet indésirable : l'hypoglycémie

Une étude récente menée par les chercheurs de l'université de San Diego a mis en évidence une association entre l'utilisation du tramadol et l'hypoglycémie. Elle a démontré que cette hypoglycémie pouvait survenir chez les patients diabétiques ou non. Lors d'une prise au long court de tramadol, l'hypoglycémie associée peut entraîner des complications graves comme des lésions de la rétine, des risques de chutes, ...

L’enjeu pour les autorités sanitaires françaises consiste à sécuriser au mieux l’utilisation des antalgiques opioïdes sans restreindre leur accès aux patients qui en ont besoin. Alors attention à ce traitement, veillez à bien respecter les prescriptions médicales et informer votre médecin ou pharmacien au moindre problème.

Sources :

https://www.nature.com/articles/s41598-019-48955-y

https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/8e8153f8ad1b2159b792381c39c961ca.pdf

https://www.has-sante.fr/upload/docs/evamed/CT-15300_TOPALGIC-MONOALGIC_PIS_RI_Avis2_CT15300.pdf

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/646-le-tramadol-et-le-risque-dhypoglycemie
<![CDATA[Le test de dépistage des angines bientôt remboursé en pharmacie]]> Depuis 2002, l’assurance maladie met gratuitement les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) de l’angine à disposition des médecins généralistes, des pédiatres et des oto-rhino-laryngologistes (ORL). Malheureusement, ce test n’est que trop peu utilisé… pourtant il permettrait d'éviter une prescription d’antibiotiques souvent automatique : en effet, 50 à 90 % des angines sont dues à un virus et ne doivent pas être traitées par des antibiotiques, qui sont inefficacesDepuis août 2016, le test était à nouveau disponible en pharmacies, mais à un tarif compris entre 6 et 10€. Au 1er janvier 2020, celui-ci sera remboursé, une bonne nouvelle pour tout le monde !

 

Qu’est-ce que l’angine ?

L’angine est une inflammation des amygdales d’origine infectieuse. Les amygdales sont les deux glandes situées au fond de la bouche, elles ont un rôle de défense immunitaire en stoppant les virus et les bactéries pouvant entrer par le nez et la bouche. Elle se manifeste le plus souvent par un mal de gorge avec une difficulté à avaler et de la fièvre, il peut y avoir des symptômes associés tels qu’un rhume, une toux…

L’angine peut être de 2 types ; soit virale (dans la plupart des cas), soit bactérienne (due le plus souvent à un streptocoque bêta-hémolytique du groupe A). Cette dernière est plus fréquente chez les enfants que chez les adultes.

 

Qu’est-ce que le test rapide d’orientation diagnostique de l’angine ?

Ce TROD de l’angine est un test indolore, facile d’utilisation et ne prenant que quelques minutes. Il consiste à faire un prélèvement au niveau des amygdales avec un écouvillon (sorte de long coton tige), celui-ci est ensuite placé dans un tube contenant un réactif. Au bout de quelques minutes, en fonction de la couleur de la bandelette, le médecin ou le pharmacien pourra vous dire si l’angine est à streptocoque A ou non. Si vous êtes à la pharmacie et que ce test est positif alors le pharmacien vous dirigera vers votre médecin traitant qui pourra vous prescrire une antibiothérapie adaptée.

Sources :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/angine/definition-symptomes-diagnostic

https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/5150/document/tdr-angine_assurance-maladie.pdf

https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/les-tests-dangine-bientot-rembourses-pour-un-usage-en-pharmacie

 

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/641-le-test-de-depistage-des-angines-bientot-rembourse-en-pharmacie
<![CDATA[Du nouveau dans le dépistage du cancer de la prostate]]> Le cancer de la prostate est le 1er des cancers chez l’homme et la 3ème cause des décès par cancer chez l’homme. La plupart des hommes touchés sont âgés de 75 ans et plus. Cependant, depuis quelques années, il y a une nette diminution de sa mortalité. Elle peut s’expliquer par une amélioration des traitements et par le dépistage du cancer de la prostate qui permet de le diagnostiquer à un stade précoce.

 

Comment se passe un dépistage du cancer de la prostate à l’heure actuelle ?

Le dépistage commence par une prise de sang, qui est réalisée pour faire le dosage du PSA (Antigène Prostatique Spécifique). Cette protéine fabriquée par la prostate est normalement présente en faible quantité dans le sang. Lorsque ce dosage est élevé il y a un risque de cancer de la prostate. En parallèle de cette prise de sang, il y a le toucher rectal, examen consistant à introduire un doigt ganté dans le rectum. Cet examen n’est pas agréable, mais il permet au médecin de vérifier le volume, la consistance et la texture de la surface de la prostate. Si l’un des deux ou les deux examens présentent des mauvais résultats, une biopsie sera proposée par l’urologue.

 

Comment fonctionne ce nouveau test du dépistage du cancer de la prostate ?

Une équipe française du CNRS et de l’Institut Curie ont développé un nouveau test urinaire qui teste des nouveaux biomarqueurs moléculaires inconnus. Ce test permettrait d’avoir une surveillance simple, fiable et régulière par rapport au dosage des PSA et du toucher rectal. Ces chercheurs ont reçu un financement européen (ERC Proof of Concept) pour mener à bien leur recherche. Leur étude va se faire sur 1000 hommes durant 18 mois. Quand l’autorisation de mise sur le marché et le remboursement seront obtenus, les hommes pourront bénéficier de ce test.

Il faudra être patient et attendre encore entre 5 et 10 ans avant de pouvoir bénéficier de ce test !

Sources :

https://curie.fr/actualite/distinction/un-test-urinaire-pour-detecter-le-cancer-de-la-prostate

https://www.e-cancer.fr/

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/632-du-nouveau-dans-le-depistage-du-cancer-de-la-prostate
<![CDATA[Les nouvelles molécules antibiotiques]]> Les antibiotiques sont des médicaments servant à contrer les infections bactériennes (pneumonies, bronchites, otites, infection urinaires, méningites…). Les bêtalactamines (dont font parties les pénicillines, antibiotiques les plus anciens), les cyclines, les sulfamides... ont permis de sauver la vie de millions de personnes. Cependant les bactéries, organismes vivants, sont capables de muter et deviennent donc résistantes aux antibiotiques classiques. Cette résistance s’accélère année après année…

Quelles sont les causes de la résistance aux antibiotiques ?

La résistance aux antibiotiques varie d’un pays à l’autre en fonction de sa consommation. Depuis 2000, l’utilisation massive des antibiotiques dans la médecine humaine et plus particulièrement la médecine vétérinaire, afin augmenter la croissance du bétail, a entrainé la résistance de certaines bactéries chez les humains, les animaux et l’environnement.

Autre cause : les voyages ; en parcourant le monde entier, les humains exposés à des modes de vie différents (eaux mal assainies, régimes alimentaires, hygiène ...) transportent les bactéries et favorisent l’antibiorésistance.

Quelles sont les nouveautés ?

Des chercheurs français ont mis au point de nouvelles molécules antibiotiques inspirées d’une toxine présente dans le staphylocoque doré et efficaces sur les bactéries résistantes. Après une vingtaine de molécules testées sur des souris inoculées, deux se sont avérées efficaces. Les résultats de ces recherches ont été publié en juillet 2019 dans la revue américaine Plos Biology.

Les essais sur l’homme devraient débuter en 2020, s’ils sont concluants, l’antibiorésistance qui est un problème de santé publique majeur devrait diminuer.

Sources :

https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/resistance-aux-antibiotiques

https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.3000337

]]>
https://pharmacie-st-pierre-toulouse.mesoigner.fr/actualites/623-les-nouvelles-molecules-antibiotiques